© F.FERRANTI

Rencontre avec Bastien du Divan

CarineCarineCarine COUERBE

Le bar-restaurant le Divan, tout le monde connait et y est déjà passé. Même si cette adresse n’est plus vraiment à présenter aux habitants de la ville, c’est aux côtés de Bastien, propriétaire des lieux, que nous allons tenter d’en savoir plus sur cette institution montoise.

by Carine

Rencontre avec Bastien

 

Rendez-vous avec Bastien devant son restaurant de la place de Charles de Gaulle.

Entre la cuisine et la salle de service, Bastien en profite pour nous partager son histoire. C’est à l’âge de 21 ans qu’il quitte sa région natale du Gers, pour venir s’installer dans la capitale landaise. “J’avais envie de jouer au rugby” nous dit-il en souriant !

Et on peut dire que le commerce, ça le connaît ! Après 17 ans de travail en tant que directeur commercial, le montois d’adoption prend un nouvel envol et décide de prendre les rênes du restaurant le Divan.

“Mes parents ont travaillé et eu des affaires pendant 35 ans”, nous explique-t-il. “J’ai pour ainsi dire grandi derrière un comptoir” ajoute-t-il. Depuis 2016, Bastien vous accueille en compagnie de son épouse, qui l’a rejoint en 2019 dans son aventure landaise !

Du local dans les assiettes

 

La journée type de Bastien ?

8h30 : c’est l’heure des premiers cafés servis au bar ou en terrasse ;

12h : les portes du restaurant s’ouvrent et les habitués se retrouvent autour d’un déjeuner aux saveurs landaises revisitées… Mais pas que ! A chaque midi son nouveau plat du jour : parfois, on déguste des plats typiques de la région, ou alors des saveurs d’un peu plus loin.

 

“Travailler avec des producteurs locaux, c’est un peu notre marque de fabrique” explique fièrement Bastien. Tous les après-midis, il se fait livrer ses produits. “Le canard vient de la ferme de Jean Sarthe à Cauna, la truite de J.C Margotin à Campet et Lamolère, les pommes de chez Fraresso à Grenade ou encore les framboises du Tursan à Bahus Soubiran.”

 

“Si vous ne venez qu’une seule fois, c’est le magret à partager cuit sur l’os qu’il faut goûter”, nous conseille-t-il. C’est la spécialité de la maison ! Il s’agit d’un magret de 800g que l’on cuit comme une côte de bœuf, ce qui lui donne un goût inimitable. Les terrines de foie gras et notre gravlax de truite connaissent également un très gros succès !” ajoute-t-il.

Plus qu’un restaurant, un lieu de vie !

 

Au programme de chaque mois ? Des soirées à thème que Bastien et son équipe ont à cœur d’organiser en fonction des saisons. Entre les soirées filles, les soirées champagne ou les soirées de dégustation de vins ou de beaujolais, le Divan est un véritable lieu de vie à Mont de Marsan.

“Les soirées sont souvent associées à un repas à thème comme par exemple la choucroute pour l’Oktoberfest, la tête de veau pour le beaujolais ou la paella pour le flamenco”. 

Plus qu’un restaurant, un lieu de vie !

 

Magret cuit sur l’os et pommes de terre sarladaises, du chef Julien Marek :

Ingrédients

1 magret avec os

400g de pommes de terre grenaille

50g de lardons fumés

1 oignon

200g de champignons de paris

200g cèpes frais

15cl crème fraîche

10cl vin blanc

3 échalotes

50 cl de fond brun de veau lié

Sauce aux cèpes : Faire revenir les échalotes ciselées et les cèpes dans un peu de beurre, jusqu’à évaporation de l’eau de végétation. Mouiller avec le vin blanc et laisser réduire presque à sec. Ajouter le fond de veau, laisser frémir 20 min. Ajouter la crème fraîche.

Magret : Quadriller la peau du Magret. Faire colorer des 2 côtés dans une poêle et conserver la graisse du Magret. Enfourner 12 min à 210 degrés pour une cuisson saignante

Pommes de terre sarladaises :Couper les pommes grenaille en 2. Faire revenir oignons, lardons et champignons émincés dans la graisse du Magret. Les débarrasser, faire rissoler les pommes de terre dans cette même graisse. En fin de cuisson y ajouter oignons, champignons et lardons précédemment revenus et saler et poivrer.

Conseil du Chef Marek : “Dégustez ce plat accompagné d’un vin blanc moelleux ou un gamay rouge.”

Nos suggestions